collatéraux

Claude-Emile TEXIER

 
Moroses trottoirs,
Aujourd’hui nommé « Quai du fossé aux tanneurs ».
Arboré avec de grands prunus alignés.
Sous le ciel Normand, montrant sa plus belle chaleur,
C’est lundi ou vendredi, le jour du marché.
Cette quotidienne petite histoire !
Il faut me croire!
Sous les tentes jaunes, bleues, roses, vermillons
S’alignent les blouses d’un printemps à venir,
Cinq euros le prêt à porter de séduction.
Distribuant, imaginant la discussion,
L’inventeur d’images pour notre plaisir,
Peints leurs histoires !
Du marchand de moules avec son répertoire.
De cet homme avançant d’un pas décidé
De ce couple recherchant le fruit désiré.
Terre de rencontre, l’argent n’y est pas compté.
Reste à voir !
Quotidienne grande histoire
La télé crache ses horreurs
Points, tâches, lignes, couleurs.
Il y met tout son cœur.
Pour vous rendre meilleure
Ce qu’il y a à voir
Je le sais, je le connais ce n’est pas une histoire

Laisser un commentaire