#baladocroquisdulundi, France, ile de France, sketchers

du Lapin Agile à Abesse

Comme vous le savez, j’aime Paris, pas seulement cette merveilleuse ville, mais un petit peu plus que toutes les autres. 
Et comme vous vous en doutez j’aime la bonne compagnie.
Alors je me suis décidé comme on prend une bonne résolution d’aller me balader avec mes camarades Claude-Emile Texier de Dominique Roy.
Nous voila donc, bravant sans aucun problème la grève perlé de la SNCF, nous voila en route pour la cité internationales des arts.

mais commençons par le commencement métro Lamarck Caulaincourt direction « Au Lapin Agile ». C’est un classique, mis nous sommes là pour la balade alors pourquoi pas. 

 Nous voici donc posé au carré de Roland Dorgoles qui parle de son quartier avec ses mots:

« Chez nous, on se serait cru à la campagne. Pas d’autobus, pas de grands immeubles, pas de trottoirs encombrés. Chaque carrefour avait sa borne fontaine, chaque maison son bout de jardin […] Pas de magasins non plus : qu’en ferait-on dans un village ? Juste ce qu’il faut de boutiques pour rendre service aux ménagères : une boulangerie et un fruitier. Quand on voulait d’autres provisions, on descendait rue Lepic, où les marchandes poussaient leurs petites voitures, et l’on rentrait du marché avec des filets pleins. »1
« Seuls, les artistes étaient partout chez eux, prenant le chocolat avec les pèlerins, l’apéritif avec les arsouilles et déjeunant chez le bistrot avec les peintres en bâtiment »2

  1. Roland Dorgelès, Le Château des brouillards, Le Livre de poche, 1973, p. 24.
  2.  Roland Dorgelès, op. cit., p. 26, pour cette citation et pour les précédentes.

Les touristes passent nous entendons l’histoire du « Lapin a Gill » dans toutes les langues.
Enseigne dessiné par André Gill comme une auto caricature de lui même échappant à la répression de la commune. C’est dans ce cabaret que c’est réalisé l’un des « canulars artistiques »  du début du XX° siècle. Lorsque Roland Dorgeles présente au tout Paris une oeuvre: « et le soleil s’endormis sur l’adriatique » du peintre J.R Boronali. Qui n’est autre que Lolo l’âne du lapin agile

Egalement appelé « Le rendez-vous des voleurs » ou « l’auberge des assassins »

Laisser un commentaire