France, sketchers

TOURS

Me voilà, au centre du vieux quartier de Tours, ou je compte bien me poser pour déjeuner.

La place Plumereau, couverte des parasols des bistrots, glaciers et restaurateurs. Du monde partout assis ou cherchant une place pour déjeuner.
Je recherche non pas la place la plus à l’ombre mais celle qui me laisse le meilleur angle. Mais je vérifie avant la carte, pas question de me contenter d’un malheureux sandwich.
Les maisons à colombages et en espaliers: leur base est plus maigre que leurs étages.
Une pression
Un croquis
Une salade
Je retourne à mon croquis
Une glace
Et hop en route pour Poitiers
 
« La place Plumereau constitue le centre du quartier Saint-Martin. Elle est agrandie en 1895, ce qui nécessite la destruction de plusieurs habitations. Elle est successivement nommée Carroi aux Chapeaux xive siècle, place Saint-Pierre-le-Puellier, place aux Fruits (1816), carroi Saint-Pierre, Carroi des Quenouilles. À compter du 18 novembre 1888, elle prend le nom de place Plumereau, en l’honneur de Charles Plumereau (1818-1885), conseiller municipal de Tours qui lègue à la ville 3 000 francs. La place couramment surnommée place Plume et toutes rues alentour, piétonnes depuis 1985, abritent aujourd’hui de nombreux bars et restaurants qui accueillent Tourangeaux – notamment, le soir, des étudiants – et touristes. Avant la restauration de la place, elle comptait davantage de commerces de proximité et moins de lieux de restauration. La place qui constitue un site inscrit depuis 1935, compte plusieurs maisons à colombages inscrites aux monuments historiques et datant du xve siècle. La place Plumereau portait autrefois le nom de Place Saint-Pierre car sur le côté nord de la place se trouvait la grande église Saint-Pierre-le-Puellier, construction du xiie siècle et xive siècle. L’église fut vendue comme Bien national pendant la Révolution et en grande partie détruite, une partie des pierre de l’église servirent à reconstruire au xixe siècle les maisons qui forment aujourd’hui le côté nord de la place. Le plan d’alignement des rues de la ville de Tours de 1818 fut approuvé par ordonnance royale du 2 août 1820, la place devait donc être agrandit, tout le côté sud jusqu’à la rue de la rôtisserie devait être démolie. La délibération du conseil municipal du 19 juin 1868 décida que seul le côté ouest de la place serait mis à l’alignement et que le périmètre des maisons sur le milieu de la place serait démoli, faute d’argent tous ces aménagements ne furent réalisés qu’au début du xxe siècle.
Le côté ouest de la place Plumereau a subi un réalignement au début du xxe siècle, le no 13 est une ancienne maison, jadis à pans de bois avec pignon du xvie siècle, le no 11 est une maison en faux pans de bois du 1er quart du xxe siècle et le no 9 est une grande maison construite dans la deuxième partie du xixe siècle imitant l’architecture renaissance italienne. Le côté nord du no 09 au no 01 est une reconstruction du premier quart du xixe siècle dans l’esprit du xviiie siècle. Le coté est de la place du no 02 au no 12 est un ensemble de maison entièrement construites en pierre de tuffeau de la deuxième partie du xviiie siècle. Le côté sud qui a conservé sa numérotation de la rue du Grand Marché, présente un équilibre architectural du xve siècle, xvie siècle et xviie siècle assez remarquable, avec la maison d’angle xve siècle au no 02, ou la grande maison en pierre du xviie siècle au no 04 qui conserve dans sa cour intérieure un remarquable escalier-galerie du début du xviie siècle, et les maisons à pans de bois du xve siècle et du début du xvie siècle au no 06,no 08, no 10, et au no 12. »
 

Laisser un commentaire