France, Pays de Bray

CHEZ MARTINE ET MATHILDE

Cette après-midi, j’ai été boire un verre chez Martine et Joël  Au Saint-Laurent. J’ai partagé deux petites heures avec Martine la patronne et Mathilde sa petite fille. Deux petites heures, parce que bien trop courtes. Je reviendrais.
Martine est une sacrée femme. Cela fait 28 ans qu’elle sert dans son bistrot de campagne.
Moi : « Bientôt la retraite »
Martine : « si je prends ma retraite, je vais m’ennuyer. À part si je trouve un homme qui m’emmène à Miami [sourires]. Et pis, en fait, même pas, parce que si je pars qu’est-ce que je vais faire de mes chiennes … « heim ! les fifilles je vais pas vous laisser. »
« Je n’ai fait qu’une fille aussi, je n’ai gagné qu’une année de retraite, j’aurais dû faire comme ma mère … elle a eu 13 enfants. »

Mais en fait Martine, elle ne veut pas quitter son bar et sa maison. Elle y est bien. Et moi aussi j’y étais bien de ce bistrot où l’on peut encore se parler.  

Martine est fan, et ce n’est rien de le dire de Johnny. «  Quand je fais un café, il est là ».  D’après elle Johnny est un sacré homme et elle l’aurait bien épousée « ce mec ». Et en effet dans son bistrot les photos, livres et magazines de Johnny prennent autant de place que les photographies de ses parents et de sa petite fille Mathilde.
 
La décoration de ce bar n’a rien à disputer aux grands designs des brasseries des grandes villes. Parce que chez Martine cela respire la simplicité, l’authentique, la bienvenue. Ici les cartes postales reçues au fil des ans, là les plantes vertes, toile cirés unis sur les quelques tables, le baby-foot et le billard.
Moi «  Un café de campagne, il n’y en plus beaucoup ? Ce n’est pas trop difficile, parce qu’il n’y a pas grand monde ?
 
Presque plus personne ne vient, sauf peut-être, un peu, le week-end : « Avant les gens venaient, ils jouaient au 421 ou à la ballote de comptoir … et hop une tournée. »
Moi : «  Depuis quand les gens ne viennent plus ?
Martine : « Depuis l’euro. »
 
Mathilde vient tenir le bar lors des soirées , parce que « les gens ils sont trop vicieux, il profitent du fait qu’elle est seule pour ne pas payer . »
 
Martine : « Moi, j’adore mon métier, mais il faut être deux »
Moi : «  ce sont vos parents sur la photo en noir et blanc ? »
 
Sur la photo, ma mère elle devait avoir 16 ans. Elle a eu trois maris et 13 enfants : « quand j’étais petite je ne comprenais pas pourquoi Papa il était avec une autre femme, et Maman avec un autre monsieur » «  A l’époque on ne posait pas de questions et surtout on ne nous répondait pas. Les enfants n’avaient pas droit à la parole »
Mathilde : « moi, aujourd’hui les enfants ils me choquent, ils disent trop de gros mots, et ce n’est pas beau, dans la bouche de personne. Ils ne se respectent pas même entre eux. » ( Pourtant Mathilde n’a que 22 ans).
 
Mathilde a vécu longtemps chez sa grand-mère.
Martine : « Les gens ils m’ont critiqué … (soupirs) »
Mathilde : «  et pis un bar c’est pas facile tout le monde veut se mêler de notre vie »
 
Mathilde m’a promis de m’envoyer un message lors de sa prochaine soirée Billard. Je compte sur elle. Et j’espère vraiment être disponible.    

 

Laisser un commentaire