Sérifontaine
France, Pays de Bray

5 hommes pour 18000 poulettes

Christophe : « Ce sont des poules … à partir du moment où elles pondent ce sont des poules »

Je sais que je suis une fille de la ville, mais tout de même ça je le savais, mais je préfère les appeler les poulettes, parce que je trouve cela plus joli. Et aussi un petit peu plus fun. Je demande donc aux éleveurs qui me lisent de bien vouloir me le pardonner.   Sachant qu’une poule pond neuf œufs tous les dix jours. Heu! ça fait (18 000 X 9) = 16 200 œufs par jours.              10 Soit 16 200 œufs à mettre dans 2 500 boites tous les jours.   A raison de 400 boites à l’heure, on peut y passer la journée. Pas d’affolement, il y a une machine, qui les calibre, les trie, et les place dans des boites. Christophe : « Nous sommes deux et avec la machine, nous pouvons en faire jusqu’à 1500 à l’heure ».   Les œufs de Christophe sont 100% bios aux normes françaises. Christophe : « En Europe les normes ne sont pas le même partout » Moi abasourdi :  « Comment ça ??? » Christophe : « En Europe la loi est la même pour tous, mais chaque état en fait sa propre lecture. Par exemple en Allemagne il n’y a que 4 ou 5 articles alors qu’en France nous en avons 150 ou 200 » Christophe : « Et puis cela change tous les 5 ans. Bientôt il faudra un master en droit pour élever des poules »

  Christophe vient d’agrandir son exploitation, parce que ces œufs sont bons alors il a du succès. Il y a donc deux nouveaux lot de près de 3000 poulettes qui viennent d’arriver. Elles sont toutes jeunes et plus petites. Christophe :  

« Pendant  huit semaines elles ne sortent pas, parce qu’elles doivent s’habituer qu’elles se repèrent et apprennent ou elles doivent pondre. –          « Ensuite elles sortent comme elles veulent de 11 heures à la tombée de la nuit. » Moi : « Elles rentrent toutes seules ? » Christophe : « Oui, elles on l’instinct, elles savent que la nuit elles doivent être en hauteur et le jour sous les arbres. Pour les prédateurs, les oiseaux la journée et les renards la nuit. «  Alors oui, à la tombée de la nuit, elles rentrent toutes seules. Et les portent se ferment automatiquement. « Une fois, je me suis trompé, à cause du changement d’heure. Les portent se sont fermées trop tôt, le lendemain 98 poules étaient mortes, une famille de renards c’est régalé ».   Christophe connait le nombre de ses « poulettes » par cœur, 3030 dans le hangar n° 4 et 3086 dans le hangar n° 5. Alors là respect !   Christophe :  « en France le système de distribution est … Ça, on s’en doutait… La grande distribution…   Christophe : « Les contrats sont faits de telle manière que lorsque l’éleveur ne peut pas livrer la totalité des produits, l’éleveur paie une pénalité. Les supermarchés savent qu’il y a pénurie, alors ils commandent plus qu’ils n’ont besoin et plus que ce que l’éleveur ne peut produire. Du coup le supermarché n’achète pas au juste prix.  Christophe :  « Moi, je fais du bio, et je ne travaille qu’avec les gens qui acceptent mes conditions et mon prix. »    Et bien, je ne suis pas une spécialiste, mais du coup, pour l’éleveur, c’est plus rentable du faire du bio. Non. Et pour les consommateurs le bio c’est meilleur.   Vous pouvez acheter les œufs de Christophe le vendredi matin sur le marché de Gisors. Pour aller voir son cite c’est là.

Laisser un commentaire