France, Pays de Bray, sketchers

RN 31

Cet été, j’ai embarqué ma fille photographe – «  toi tu fais les photos et moi je conduis » Et voila ! Comment abuser de ses propres enfants pour ne pas faire le travail. Je rigole ma fille chérie.   J’ai donc conduit ma fille tout le long de la RN31, enfin non pas tout du long, parce que une partie du grand contournement de Paris reliant Rouen à Reins, c’est un peu long.  Juste de Ons-en-Bray à Saint-Germer-De-Fly, la partie qui traverse la communauté de commune du pays de Bray.

  Je rentre donc 2 heures plus tard avec environs 612 photographies. J’ai trié, J’ai sélectionné, J’ai re sélectionné, Et je les ais dessiner Bref, j’ai tout de même dû faire un sacré boulot.   La RN 31, Je vous l’accorde, elle est presque aussi désagréable qu’une autre route nationale. Lorsqu’on les empreinte, on a juste envie d’arriver, mais elles sont aujourd’hui limitées à 80 kilomètre heure. Donc on tente d’échapper aux radars et aux gentils gendarmes pour doubler le traînard en Playmobil sans permis qui se traîne devant nous. Je suis certaine que vous me suivez. Tout concentrer sur l’heure d’arrivé, la conduite, les dépassements de vitesse, on ne voie rien. Comme sur l’autoroute, des lignes blanches, du bitume qui défile défile défile.    Bref ! C’est une nationale comme les autres, me direz-vous. Et bien NON, je ne suis pas d’accord. Ce n’est pas pareil parce que … et bien parce que … elle est en pays de Bray.   Et cette après-midi d’été, pas de course ou de rendez-vous urgent, j’ai pris le temps de bader tout du long. J’ai regardé les abords, les chemins, les champs, les forêts, les villages, les vaches brouter, les publicités dépeintes sur les murs des fermes,  les anciennes usines de briques et leurs verrières, les buissons, les forêts, les relais routiers etc. Avec au bout de la route une surprise : un arbre creux.

Laisser un commentaire