collatéraux, partageons

Françoise GUINVARC’H

Elle faisait déjà des œuvres gigantesquement poétique à l’aquarelle. Ses peintures racontaient le jardin, « le chant des arbres », le temps que l’on prends à flâner, le temps de la rosée sur la rose.

Mais aussi des histoires plus forte, comme celle de M

Et puis voila qu’une presse c’est invitée dans son travail.

et alors   » C’est de la poésie verte, de la sculpture fine, de l’encre moderne. Tout en douceur et sans vanité. J’adore « .

http://aquaguinvarch.over-blog.com/

Laisser un commentaire