Manhattan, monde

Les ramasseurs, la pauvreté dans les rues de Manhattan

LES RAMASSEURS
Premier jour: Il ramasse.
Il est jeune, je crois qu’il est salarié par la ville, mais il n’a pas l’apparence d’un ouvrier.
Deuxième jour: ils ramassent.
Un couple d’origine asiatique, tout en le remplissant, elle pousse un caddie de supermarché, lui porte un énorme sac sur son dos.
Troisième jour: Elle ramasse.
Une femme âgée, très âgée; le dos courbé au-dessus de la poubelle d’un square. Elle en récupère les objets en plastique.
Quatrième jour: Il ramasse.
Cinquième jour: Elles ramassent.
Sixième jour:
etc.
Dernier jour: ils font la queue.
Je sors tôt de l’appartement, pour aller acheter le pique-nique du retour. Le long de la façade du super marché, une file d’attente … j’ai failli faire demi-tour pensant que le magasin n’était pas encore ouvert. Mais en apercevant tous les caddies et les sacs emplis de bouteilles et canettes en plastique vides, je comprends qu’il s’agit des ramasseurs.
Ils sont calmes et patients, à New York c’est chacun son tour, même pour montrer dans le bus.
Ils mettent leurs trésors de plastique dans la machine, et la machine leur crache quelques cents.

 

Laisser un commentaire Annuler la réponse.